Éviction des indignés : Alternatives solidaire du mouvement « Occupons »

La police new-yorkaise procède aujourd'hui à l'expulsion brutale du « Parc de la Liberté » : cette place du sud de Manhattan, qu'occupe depuis le 17 septembre dernier le mouvement « Occupy Wall Street ». D'autres campements ont été évacués ces derniers jours un peu partout aux États-Unis, parfois très violemment, comme à Oakland (Californie).  Au Canada, les camps de Victoria, London et Québec ont été démantelé et les autorités de Toronto et de Montréal menacent de procéder aussi à des expulsions forcées pour empêcher l'installation durable des campements avant l’hiver. Seuls les sondages d’opinion largement favorables aux indignés semblent présentement les retenir.

À Montréal, le Maire Tremblay parle de « tolérance » tout en exigeant des indignés qu’ils ne s’organisent pas pour résister à l’hiver! 

Une société n’a pas à faire preuve de tolérance à l’expression démocratique. Elle doit au contraire l’encourager, la nourrir et surtout l’écouter.  Agir autrement démontre uniquement de la régression démocratique inouïe à laquelle la crise internationale sert de prétexte.

Les 1% ont bien compris qu'ils ne pourront jamais faire accepter l'austérité aux 99%. Car nous savons tous que ce sont eux, les plus riches, qui sont les uniques bénéficiaires d'une crise dont ils portent la responsabilité.

À Montréal comme à New-York, ce sont les expressions déterminées de cette indignation planétaire qu'on veut réduire au silence.

Alternatives apporte son soutien aux militants new-yorkais, aux indignés canadiens et québécois, et à toutes celles et ceux qui résistent à ces reculs démocratiques.