Angola et Bresil: la santé dans les centres urbains

Date: 
Mercredi, Septembre 22, 1999 - 13:30 - 16:30

Contexte:

Avec la montée de l’urbanisation, les grandes villes, en particulier des pays en développement, connaissent de plus en plus la multiplication des quartiers à revenu faible, où des taux élevés de maladies infectieuses et des conditions environnementales défaillantes telles que l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires adéquates sont choses courantes. Il devient alors incontournable dans un tel contexte d’agir à l’encontre d’une forme de tradition qui consiste à distribuer inégalement les ressources dans une ville dépendamment du type de quartier. Il s’agit donc de prendre des mesures préventives quant à ces défis, que ce soit en menant des campagnes éducatives sur la santé et l’hygiène, en réformant les systèmes d’oléoducs et sanitaires, ou encore en initiant d’autres projets visant l’amélioration de l’environnement urbain.

 

Événement :

En ce sens, Alternatives et ses partenaires ont pris l’initiative d’organiser un atelier portant sur les processus d’améliorations des conditions de santé en se basant sur les cas du Brésil et de l’Angola. Ils ont mis un accent particulier sur le rôle que jouent les ONG comme partenaires essentiels des gouvernements locaux, ayant par exemple la capacité d’atteindre les résidents les plus pauvres et marginalisés. Les sujets abordés étaient :

  • le rôle des gouvernements locaux, des centres universitaires et des ONG dans l’amélioration des conditions de santé dans les quartiers à faible revenus
  • la mobilisation des quartiers à faible revenu dans les activités de promotion de la santé
  • les contraintes et les limites de l’intervention de chacun des acteurs impliqués

L'atelier a été organisé à l'Université de Toronto par Alternatives, Development Workshop et Centre for Urban and Community Studies