Causerie | Les algorithmes : nouvelle donne des élections ?

Date: 
Vendredi, Septembre 28, 2018 - 18:00 - 20:00

Nous sommes à l’ère du Big data et du développement grandissant des usages algorithmiques. Cette prolifération fait maintenant partie des actions les plus anodines de notre vie quotidienne. Un pouvoir opaque de calculs et de prédictibilité qui nous force à repenser l’exercice de nos droits et libertés, et même le droit de vote. Le scandale Cambridge Analytica lié à la campagne présidentielle de Donald Trump n’est pas très loin de nous pour nous le rappeler : les électeurs-trices sont une substance sociale qui génère des données, que les firmes et élites politiques n’hésitent pas à utiliser pour faire du profilage électoral. Le raffinement de ce ciblage échappe à notre compréhension : quel en est l’impact ?



Alors que les Québécois-ses s'apprêtent à aller aux urnes, c’est le moment d’interroger de façon critique les spécificités des technologies numériques et la manière dont la montée de l’algorithmique nous gouverne.

Pour cette première Soirée d’Alternatives de la saison 2018-2019, nous avons le plaisir d’accueillir, Antoinette Rouvroy, juriste et philosophe de renommée internationale, qui décryptera avec nous ce qu’elle appelle « la gouvernementalité algorithmique ». 

Une causerie qui permettra à nos invité-e-s de discuter et d’échanger au sujet des élections sur un angle peu exploré, qui pose néanmoins une urgence : avec un débat public de plus en plus morcelé et des intentions de vote anticipées en temps réel, les élections peuvent-elles encore être perçues comme une participation démocratique à la décision politique ?

 Youtube

 



Invité-e-s :



Samuel Cossette, doctorant en communication, École des médias, UQAM, « Algorithmique, microciblage et automatisation du discours politique »


Lena Hübner, candidate au doctorat en communication, UQAM, « Rejoindre l'électorat à l'ère du big data: mobilisation électorale, mais à quel prix? »



La soirée sera animée par Nadia Seraiocco, doctorante en communications numériques, chargée de cours à l'UQAM et chroniqueure techno à ICI Radio-Canada.



*Nota bene : Au départ, Antoinette Rouvroy, du Centre de Recherche Information, Droit et Société, Namur Digital Institute, Espace philosophique de Namur, devait être des nôtres mais a dû annuler sa participation pour des raisons de santé. 

 

Organisé dans le cadre des Soirées d’Alternatives, Cycle « Critique, Gouvernance & Technologies numériques »


Lieu : Salle de conférence (2e étage), Alternatives, 3720 du Parc, Montréal H2X 2J1



C’est gratuit, bienvenue à toutes et à tous.

Merci de partager ! Évènement Facebook

 

Invité-e-s :
 

 
Lena Hubner

Lena Hübner est candidate au doctorat en communication à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Après son B.A. en Études francophones (concentration médias) à l'Université Albert-Ludwig à Freiburg (2012) et des expériences de travail en relations publiques, elle choisit une carrière universitaire. Depuis son mémoire de maîtrise (UQAM, 2014), elle étudie la communication politique sur les réseaux socionumériques. Elle est notamment l'auteure du chapitre « Exploring Real-time Voter Targeting Strategies on Social Media » publié dans « Temps et Temporalités du Web », livre collectif dirigé par Valérie Schafer (Presses de Paris Nanterre, 2018). En dehors de ses études, elle est coordonnatrice des activités scientifiques du centre de recherche interuniversitaire CRICIS (Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l'information et la société) et chargée de cours à l'École des médias de l'UQAM. Actuellement, elle effectue une résidence de recherche à l'Institut du Nouveau Monde.

Samuel Cossette

Samuel Cossette est doctorant en communication à l’UQAM et chercheur au Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ-UQAM) . Il travaille principalement sur l’algorithmique et l’automatisation du discours politique. Il s’est notamment concentré sur le cas de l’entreprise Cambridge Analytica, au cœur de nombreux scandales depuis les élections américaines de 2016. Ses intérêts de recherche portent également sur l’économie politique des médias socionumériques ainsi que la notion de « vérité » dans le numérique. »