Montréal, Seminaire Conflit dans le Golfe: impact à long terme

Date: 
Mardi, Juin 18, 1991 - 09:30 - 17:45

Contexte:

La crise dans le Golfe est le plus grave dans cette région depuis 1967. D'un côté, la plus grande accumulation militaire occidentale depuis le Viêtnam est maintenant inscrite dans le Golfe. Depuis l'invasion du Koweït en août 1990, les États-Unis ont mené une large coalition de pays occidentaux en plus du Japon, de l'Union soviétique et de quelques-uns des pays arabes afin de faire face à l'Irak et détruire ses ambitions hégémoniques.

De l'autre côté, les efforts inlassables de l'Irak à englober le Koweït ont créé des tensions extraordinaires dans l'ensemble du Proche-Est. En raison de sa relative faiblesse militaire, Saddam Hussein mène une bataille politique, soit attirer les millions d'Arabes qui sont frustrés par l'impasse politique et économique dans la région.

Le courant stand-off (fin Novembre) ne peut pas durer toujours. À ce stade, deux scénarios sont en gestation: la guerre totale, ce qui voudrait dire des destructions matérielles et humaines à grande échelle en Irak, Koweït, mais aussi et peut-être en l'Arabie saoudite et dans les territoires occupés de la Cisjordanie et de Gaza; ou une solution politique qui ne peut que signifier un retrait irakien du Koweït, suivie par une sorte de garantie que le régime de Saddam Hussein ne sera pas en mesure de se lancer dans de telles entreprises dans un proche avenir. Au pire, elle pourrait conduire à la fin de l'Irak en tant qu’État-nation que nous connaissons aujourd'hui. Dans tous les cas, il est hautement improbable que l'Irak restera stable. En outre, de nombreux pays de la région devront faire face à d'immenses difficultés et tensions.

De profondes divisions au sein des gouvernements arabes et entre les peuples sont aujourd'hui élaborées. L'un des aspect le plus important (et en grande partie non documenté) est le terrible déplacement de personnes, comme en témoignent les centaines de milliers de Yéménites, Égyptiens, Jordaniens, Palestiniens et autres "travailleurs immigrés'' forcés déplacés de l'Irak, le Koweït et l'Arabie saoudite. Le schisme économique et social est déjà visible dans de nombreux pays, en particulier en Jordanie et dans les territoires occupés. Le cataclysme est la création à long terme des ondes de transformations sociales, politiques et économiques qui vont affecter tous les pays du Golfe et le Proche-Orient. Le but du programme proposé est de regarder ces ondes à long terme

Objectifs:

Nous proposons d'organiser un séminaire et une réunion publique sur le thème « L'impact à long terme de la crise du Golfe ».

Réalisations:

18 juin 1991

La guerre du Golfe: l'après-guerre

9h30 à 17h15

Université de Montréal Pavillon Jean-Brillant

9h30

Accueil et inscription

10h00

Nirou Eftekari

Fidel Nakib

Qu'est-ce la reconstruction?

Les ressources disponibles-pétrole-Distribution de la richesse-Politique de la reconstruction.

Présidé par Banhgat Korany

11h

Joe Stork

L'avenir de l'Irak

Démantèlement? Soumission? Ressurection? Rôle des partis de l'opposition-Scénarios possibles-Types de régimes-Relations avec ses voisins-Etc.

Présidé par Jooneed Khan

12h

Pause déjeuner

13h30

Fouad Mughraby

Nubar Hovsepian

Le nouvel ordre régional

La nouvelle équation de puissance dans la région-Avenir de la démocratie dans le monde arabe à la suite de la guerre du Golfe.

Présidé par Pierre Beaudet

14h45

Micheal Klare

Le nouvel ordre mondial

Aspects diplomatiques et militaires

Présidé par Thierry Hentsch

15h45

Pause-café

16h

Jim Graff

Politique canadienne après la guerre du Golfe

Quelle sera l'attitude des puissances occidentales et de leur rôle dans la région? La position des États-Unis-Le rôle du Canada: la politique indépendante ou partenaire junior des États-Unis?

Présidé par Rachad Antonius

17h45

Clôture du séminaire