Campagne pour la promotion de la planification familiale et la lutte contre les MST-HIV/SIDA

En RDC, le SIDA, dont le taux officiel est de 5 %, toucherait dans les faits beaucoup plus de gens avec en moyenne 173 000 nouveaux cas chaque année. Plusieurs facteurs aggravants, notamment la guerre et les déplacements de populations, ont fort probablement favorisé la dissémination du VIH et autres MST. Actuellement, les hôpitaux sont envahis de personnes porteuses du VIH. À l'hôpital de Kisangani, ce sont 68% des malades qui vont mourir du SIDA et 75% à celui de Kikwit. Une récente étude auprès de familles apparemment saines faisant don de sang a révélé que plus du tiers des personnes étaient déjà séropositives. L'ONUSIDA estime qu'au moins 90% des personnes séropositives ne sont pas conscientes de leur état.

À Kinshasa plus particulièrement, les crises sociales, politiques, éducatives et culturelles qui ont frappé la population ont détruit les infrastructures socio-éducatives et sanitaires. De plus, elles ont permis l'apparition de pratiques à risques comme la prostitution, les avortements clandestins, le rejet d'enfants vers la rue, etc…

C'est dans ce cadre qu'Alternatives a choisi d'appuyer une campagne menée par le CODIAF (Collectif de diffusion de l'information et d'appui aux femmes) qui vise une meilleure planification familiale et l'appui dans la lutte contre les MST-VIH/SIDA en faveur des jeunes et des adultes des populations des quartiers pauvres de Kinshasa.

Plus spécifiquement, la campagne vise à :

  • Conscientiser les populations cibles sur l'importance de la santé reproductive ;
  • Animer des séances sur la planification familiale, la lutte contre les avortements clandestins, la lutte contre les MST-VIH/SIDA , les risques de grossesses et maternité chez les adolescentes, la mortalité maternelle et infantile,
  • Encadrer les jeunes/adolescents et autres pour une meilleure intégration sociale ;
  • Informer les populations cibles sur les dangers de la sexualité irresponsable ;
  • Former les conseillers conjugaux et familiaux ;
  • Former les animateurs de la campagne ;
  • Éveiller et renforcer la conscience des parents et des enseignants dans la prise en charge des enfants ;
  • Renforcer la culture de vie familiale et l'affectivité entre les couples, les enfants et les membres de la famille restreinte et élargie.

La phase pilote de la campagne touchera deux quartiers périphériques et populaires de Kinshasa (Mombele et Kingabwa) dans la commune de Limete avec 5000 jeunes qui seront formés directement par les formateurs du CODIAF. Par l'ajout de messages dans les médias, la campagne espère toucher au moins 50 000 personnes. En fonction des résulats de cette première phase, Alternatives espère pouvoir étendre le programme à d'autres communes de Kinshasa et, éventuellement, à toute la province.

Année: 
2003
Contact Person & Details: 
Michel LAMBERT
Emplacements: 
Kinshasa
Congo (Kinshasa)