Cybersécurité dans la région du Maghreb et du Machrek

Les droits de la personne à l’ère de l’Internet

Dans les pays du Maghreb et du Machrek comme ailleurs dans le monde, on utilise des techniques de surveillance des courriels et de l’activité Internet, le filtrage de contenu, les cyberattaques dirigées contre certains sites et l’interruption du service Internet pour limiter la liberté d’expression, manipuler l’information et contenir la dissidence politique. D’autre part, les gouvernements redoublent d’efforts pour introduire des lois et des pratiques qui leur permettent d’exercer un contrôle accru sur les populations, en surveillant libertés individuelles et collectives. Le gouvernement syrien, par exemple, pratique une stratégie de militarisation du web et se sert de l’Internet comme d’un « outil pour cibler et punir les opposants » (Melody Zhang, OpenNet Initiative, juin 2012). Au Soudan, la censure et la surveillance quotidiennement ciblent les médias traditionnels et numériques contestataires. En Irak, le projet de loi contre la cybercriminalité viole la liberté d’expression et menace le travail et la sécurité des journalistes, des opposants et de la société civile en général. Dans les territoires palestiniens, Israël contrôle la totalité du trafic Internet, y compris les services de troisième génération. Or, ces nouvelles mesures de régulation et de surveillance s’inscrivent dans le cadre d’une initiative plus vaste qui vise à réprimer la contestation sociale pacifique. L’obsession sécuritaire, appuyée par une entreprise de surveillance de masse, onéreuse et complexe, justifie partout la violation des droits de la personne et le rétrécissement du champ des libertés civiques.

Le programme

Avec le soutien de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’Homme (IEDDH) de la Commission européenne, Alternatives et ses partenaires mettent en œuvre une initiative pour appuyer le droit à la liberté d’expression et d’opinion, à la liberté d’association, au droit à l’anonymat et au droit d’accès à l’information sur l’Internet dans la région du Maghreb et du Machrek.

Installé à Tunis, le centre DSS 216 offre aux défenseurs des droits de la personne, aux journalistes et blogueurs ainsi qu’aux organisations de la société civile de la région une formation et des outils pour renforcer leur sécurité en ligne, apprendre à contourner la censure, mais aussi mieux comprendre et articuler les liens qui existent entre les droits numériques, la liberté d’expression et la liberté d’association. Au moyen du processus d’examen période universel (EPU) du Conseil des droits de l’Homme, par ailleurs, les partenaires et les autres participants au projet peuvent exercer une pression sur les États ciblés en vue d’améliorer les droits relatifs à l’Internet.

Le programme comprend donc trois principales composantes :

  • L’établissement d’un centre à Tunis pour former et outiller les défenseurs des droits de la personne, les journalistes et blogueurs et les organisations de la société civile dans le domaine de la cybersécurité. Le centre inclut des activités de formation, des ressources, un soutien technique et un fonds d’urgence.

  • Le déploiement d’une formation sur les droits relatifs à l’Internet, la liberté d’expression et la liberté d’association.

  • La consolidation d’un plaidoyer national, régional et international sur les droits relatifs à l’Internet, la liberté d’expression et la liberté d’association dans la région du Maghreb et du Machrek.

La première phase du programme accorde la priorité aux défenseurs des droits de la personne de l’Égypte, de l’Irak, de la Palestine, de la Tunisie, du Soudan et de la Syrie.



Les partenaires

Le projet est réalisé en partenariat avec plusieurs organisations du Nord et du Sud, notamment l'Association pour le progrès dans les communications (APC/Afrique du Sud), le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES/Tunisie), le National Association for Defence of the Rights of People (NADRP/Irak), le Teacher Creativity Centre (TCC/Palestine), Equalit.ie (Canada) et le Iraqi Civil Society Solidarity Initiative (ICSSI), un réseau initié par Un Ponte Per (UPP/Italie).  Deux organisations du Soudan sont aussi partenaires.

 



 

Contact Person & Details: 
Feroz Mehdi
Emplacements: 
Tunisie
Soudan
Irak
Territoire palestinien