Haïti : Plaidoyer pour une intégration économique alternative

En collaboration avec PAPDA

Contexte :

Les négociations en vue de l’établissement de la ZLÉA à l’horizon de 2005 sont dans une impasse. Elles sont aux prises avec de nombreuses contestations et questionnements de la part des pays en voie de développement, tant au niveau gouvernemental que du côté des mouvements sociaux, qui voient le projet de la ZLEA, tel que conçu par les USA, comme un outil en plus pour la domination géopolitique, économique, culturelle ainsi que le pillage systématique des ressources essentielles de ces pays.

Les mouvements sociaux alter mondialistes sur toute la planète, de la rencontre hémisphérique de Cuba sur les problèmes du développement et la mondialisation au Forum Social Mondial (FSM) en passant par les mobilisations nationales, ont trouvé qu’un autre monde est possible, qu’une autre intégration est possible et que le capitalisme est arrivé à un stade de décadence qui le rend de plus en plus sauvage pour essayer de sauver sa pérennité. Les efforts d’élaboration d’alternatives, conjugués à travers des documents tels que « Alternatives pour les Amériques » de l’Alliance Sociale Continentale (ASC) ou d’autres comme « Alternatives Bolivariennes pour les Amériques » proposé par le gouvernement du Venezuela prouvent que la situation des pays en développement peut être gérée de façon différentes en respectant les revendications fondamentales des peuples.

Des initiatives telles que le plébiscite réalisé au Brésil ou d’autres référendum en Argentine, Équateur, ont permis aux peuples de se prononcer contre la mise en place de la ZLEA. Elles ont eu un impact considérable sur le cours des négociations. Cependant, beaucoup reste encore à accomplir car les tenants de la logique d’intégration néo-libérale restent encore attachés à leurs objectifs contre les intérêts fondamentaux des peuples. La mobilisation doit entrer dans sa phase décisive cette année, car c’est l’heure du compte à rebours.

Objectifs :

  • Renforcement et structuration de groupes de travail;

-Augmenter le nombre d’organisations membres du groupe;

-Formaliser les réunions mensuelles du groupe;

-Élever le niveau et la qualité des réflexions faites au sein du groupe en matière de stratégie et d’alternative;

-Impliquer plus de secteurs possibles dans la campagne de plaidoyer contre la ZLEA.

-Recueillir et publier les réflexions de ces secteurs sur la ZLEA en rapport avec les thèmes de négociations liés à leurs champ d’action;

-Mettre en place un groupe spécifique de travail sur le commerce dans le cadre de la campagne du commerce équitable;

-Analyser et faire des propositions sur les systèmes d’échanges liant avec d’autres pays de la région et leurs conséquences sur son système de production.

  • Renforcement organisationnel;

-Appuyer les activités de plaidoyer des organisations paysannes de l’Artibonite dans le cadre de la campagne du riz lancé au cours du mois d’octobre 2005;

-Accompagner les organisations paysannes et autres regroupements du Sud-Est (Jacmel) dans leurs mobilisations locales en créant des espaces de réflexions, de débats sur les alternatives et la participation citoyenne.

  • Plaidoyer;

-Influencer les décisions du gouvernement haïtien et d’autre IFIs;

-Influencer le travail des groupes de négociations;

-Initier un processus de dialogue entre la société civile, le gouvernement haïtien et les institutions internationales sur les politiques économiques en Haïti;

-Comprendre les nouveaux enjeux de la situation politique et économique d’Haïti dans le processus de reconstruction.

  • Formation/information et mobilisation populaires;

-Faire la mise au point sur les avancées des négociations en vue de l’établissement de la ZLEA;

-Informer l’opinion publique sur les grands débats économiques actuels;

-Former des animateurs communautaires capables de restituer les informations et conduire des débats autour des questions économiques en particulier le dossier de la ZLEA;

-Créer des espaces de discussions communautaires sur les grands dossiers économiques en cours dans le pays;

-Connecter la lutte contre la ZLEA avec les principaux mouvements sociaux et populaires d’aujourd’hui dans le cadre de la reconstruction nationale.

  • Consultation populaire;

-Porter les citoyens haïtiens à se prononcer sur un certains nombres de questions en particulier la ZLEA;

-Disposer d’un outil légal pouvant porter le Gouvernement haïtien et les IFIs à prendre en compte les revendications du peuple haïtien;

-Recueillir les réflexions et les propositions des régions géographiques du pays quant à la ZLEA et les problèmes réels confrontés dans les zones respectives;

-Faciliter la concertation entre les secteurs divers au niveau des régions dans le cadre des alternatives viables;

-Restituer et discuter des propositions faites au niveau des forums régionaux;

-Légitimer le document d’alternatives élaboré comme un pan national de lutte contre la pauvreté par la société civile;

-Définir un mécanisme de contrôle et de suivi issu de la société civile dans le cadre du plan national de lutte contre la pauvreté.

  • ZLÉA et privatisation;

-Argumenter de façon rationnelle les conséquences de la privatisation et la ZLEA;

-Alerter le Gouvernement haïtien et tous les secteurs de la vie nationale sur les dangers de ces accords;

-Mettre à la disposition du mouvement social et populaire haïtien un document de référence quant aux analyses pertinentes des liens étroits existants entre la privatisation et les accords de libre-échange;

-Lancer le débat entre tous les secteurs de la vie nationale sur les conséquences de la privatisation sur les services de base tels que : éducation, santé, électricité, eau;

  • Presse;

-Informer la population sur la ZLEA : objectifs (explicites et implicites), méthodologies, mécanismes de travail, pays membres, groupes de négociation;

-Faire valoir les arguments avancés par les mouvements sociaux contre le projet de la ZLEA;

-Faciliter l’interaction au niveau du public quant aux arguments et aux alternatives à la ZLEA.

-Se positionner sur divers aspects du projet de la ZLEA et aussi sur les négociations en cours;

-Rendre publiques les diverses positions du Groupe National de Travail sur la ZLEA;

-Former des journalistes sur les concepts clés des processus d’intégrations;

-Participer et animer des émissions radiophoniques et télévisées sur des questions sociales et économiques.

  • Publications;

-Publier 3 numéros spéciaux de la revue de conjectures de la PAPDA;

-Disposer d’un ensemble d’analyses socio-économiques sur les conséquences de l’établissement de la ZLEA;

-Offrir un espace aux groupes sectoriels pour publier leurs positions;

-Publier au moins 8 numéros de Yon Lot Ayiti Posib durant la période avril 2004-décembre 2004;

-Mettre à la disposition des organisations de base un ensemble d’information en créole sur des thèmes socio-économiques en relations avec leurs propres réalités;

-Informer le grand public sur les initiatives en cours dans les bases en matière d’alternatives;

-Créer espace interactif entre les organisations de base et les régions.

  • Mobilisations internationales.

-Lancer un cycle de mobilisations nationales sur des questions liées aux négociations sur la ZLEA;

-Proposer des activités (ateliers, conférences) sur des thèmes liées à la ZLEA;

-Organiser la participation d’une délégation formée de différents secteurs à ces mobilisation internationales;

-Renforcer les liens entre la lutte du peuple haïtien avec d’autres luttes similaires dans la région;

-Lancer la mobilisation contre la ZLEA à travers toute la Caraïbe;

-Élaborer un plan d’action commun et définir de grands axes de travail liés aux mobilisations globales dans l’Amérique;

-Lancer un message clair aux tenants de la logique néo-libérale par rapport aux politiques économiques en application dans toute la Caraïbe;

-Renforcer le cadre de travail du réseau caraïbéen CPDC;

-Contribuer aux études et recherches réalisées dans le cadre des alternatives aux politiques en cours dans la Caraïbe et leurs conséquences sur la vie des populations.

Réalisations :

  • Renforcement et structuration de groupes de travail;

-Renforcement du Groupe National de Travail sur la ZLEA;

-Création de 3 groupes de travail sectoriel;

-Comité National de Travail sur le Commerce (CNTC).

  • Renforcement organisationnel;

-Création et/ou renforcement de réseaux paysans.

  • Plaidoyer;

-Rédaction d’un document lié à la position des secteurs de la société civile sur la ZLÉA;

-Rencontres avec des instances nationales et internationales sur le dossier d’Haïti dans la ZLEA;

-Renvoi au gouvernement haïtien du questionnaire élaboré afin de recueillir des informations précises sur la position d’Haïti face à la ZLÉA.

  • Formation/information et mobilisation populaires;

-Une conférence-débat publique au moins par mois;

-Un séminaire de formation par département à l’attention des organisations de base;

-Grande Mobilisation publique le 1er Mai pour la journée mondiale du travail;

-Grande Mobilisation publique le 17 octobre : jour mondial de la lutte contre la pauvreté.

  • Consultation populaire;

-Pétition nationale contre la ZLEA;

-4 forums régionaux;

-1 forum national.

  • ZLÉA et privatisation;

-Études et analyses;

-Réalisation d’une étude sur les relations entre privatisation et ZLÉA et leurs conséquences sur l’économie haïtienne et les couches défavorisées;

-Colloque national;

-Colloque national sur les impacts de la privatisation et la ZLÉA sur les services sociaux de base.

  • Presse;

-Conception et diffusion d’une série de 5 émissions spéciales radiophoniques sur la ZLEA;

-Note de presse;

-Séminaire de formation pour des journalistes;

-Émission en ligne ouverte.

  • Publications;

-Justice Économique

-Yon Lot Ayiti Posib

  • Mobilisations internationales.

-Plan d’action adopté lors de la rencontre hémisphérique de Cuba;

-Forum Social Mondial;

-Forum Social Caraïbe

-Travail autour du CPDC/CRG.

Année: 
2005
Emplacements: 
Haïti