Blogue des stagiaires

La désinformation sexiste : Attaquer les femmes parce qu’elles sont des femmes, qu’elles sont en ligne et qu’elles ne mâchent pas leurs mots.

© Hanna Barczyk for NPR
L’utilisation des médias sociaux comme arme contre les femmes : Comment les campagnes de désinformation genrée menacent les femmes en politique, font taire les voix des femmes et menacent la démocratie aux Philippines

Ce blogue a été publié à l’origine sous la forme d’une série en trois parties pour Foundation for Media Alternatives (FMA) et a été republié avec son autorisation. Accédez à la partie 1, la partie 2 et la partie 3 de la série de blogues originale en cliquant sur les hyperliens.

TRIGGER WARNING : Violence, abus sexuel

Avec près de 74 millions d’internautes (67,0 % de la population philippine) et 89 millions d’utilisateurs de médias sociaux (soit 80,7 % de la population totale)[1], les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier les téléphones intelligents, continuent d’avoir un impact important et durable sur la façon dont les Philippins communiquent, interagissent entre eux et accèdent à l’information. Toutefois, l’Internet n’a pas été une panacée pour tous. Les inégalités existantes qui persistent dans le monde hors ligne se sont amplifiées et adaptées aux plateformes en ligne, explosant dans des proportions astronomiques au milieu des confinements dû à la COVID-19.

Les femmes et la violence en ligne

Des études montrent que les femmes sont victimes de harcèlement, d’abus et de campagnes de désinformation sexospécifiques en ligne dans des proportions bien plus importantes que les hommes. Et ce phénomène s’est considérablement accru depuis la pandémie de coronavirus.

Une étude menée en 2020[2] montre que 85 % des femmes dans le monde ont subi ou été témoins de violences sexistes en ligne (OGBV : Online gender-based violence). Ce chiffre atteint 88 % dans la région Asie-Pacifique.[3] Aux Philippines, l’un des plus gros utilisateurs d’Internet au monde, la Fondation pour les médias alternatifs a cartographié 130 rapports de OGBV provenant des médias tout au long de l’année 2020 – une augmentation de 165 % par rapport à 2019 et le plus grand nombre de cas depuis le début de la collecte de données en 2015. [4]

Les plateformes de médias sociaux dotées de fonctions permettant de partager publiquement des opinions, de commenter et de réagir à des publications, et de suivre des individus ou des groupes sont particulièrement sujettes aux OGBV. Entre octobre 2019 et octobre 2020, les tweets aux Philippines contenant des propos misogynes ont augmenté de 953 %, tandis que les tweets soutenant les victimes de violences ont diminué de 4 %. [5]

Dans le rapport 2020 de Plan International sur la situation des filles dans le monde, [6]58 % des filles interrogées à travers le monde ont été personnellement victimes de harcèlement sur les médias sociaux, la plupart des filles subissant ou étant témoins de harcèlement sexiste pour la première fois entre 14 et 16 ans. 47 % des filles ont déclaré avoir été attaquées pour leurs opinions, avec des tentatives de les faire taire et de discréditer leurs expériences vécues et leur expertise.[7] Ce phénomène est également confirmé par les données de l’Economist Intelligence Unit. Le groupe de recherche a constaté que la désinformation et la diffamation, décrites comme la diffusion de rumeurs et de calomnies visant à discréditer ou à porter atteinte à la personnalité d’une femme, apparaissent comme la tactique la plus répandue pour nuire aux femmes en ligne, suivie par le cyberharcèlement et les discours de haine.[8] Aux Philippines, 26 % de tous les messages publiés sur les médias sociaux entre septembre 2019 et septembre 2020 impliquaient des croyances misogynes, le blâme des victimes et des idées fausses populaires. [9]

Qu’est-ce que la désinformation sexiste ?

La désinformation genrée est un sous-ensemble de la violence sexiste en ligne qui diffuse des informations fausses ou trompeuses pour attaquer les femmes, sur la base de leur identité de femme. [10] Il s’agit souvent de campagnes coordonnées fondées sur des stéréotypes de genre et des récits misogynes utilisés pour s’en prendre aux femmes politiques, aux journalistes et aux personnalités publiques.[11] Visant à saper et à réduire au silence les femmes, les campagnes de désinformation sexistes amplifient les rumeurs et les attaques existantes à l’aide de trolls et de robots rémunérés ou encouragent les utilisateurs authentiques à partager des contenus faux ou trompeurs.

Les techniques des campagnes de désinformation genrées varient et peuvent inclure :  [12]

  • partager des images sexuelles trafiquées et de fausses vidéos pornographiques profondes,
  • coordonner des abus en ligne pour dénigrer le caractère d’une femme,
  • en scrutant et en attaquant publiquement son apparence physique et sa vie personnelle,
  • faire des commentaires sexistes qui renforcent les stéréotypes de genre,
  • et caricaturer et diaboliser les partisans de l’égalité des sexes.

En substance, la désinformation sexiste cible les femmes parce qu’elles sont des femmes, parce qu’elles sont en ligne et, très souvent, parce qu’elles s’expriment ouvertement sur le plan politique.

Considérez ce qui a donné naissance à la campagne #HijaAko (« Je suis une jeune femme »). Aux Philippines, les femmes sont souvent traitées de hija (jeune femme) pour avoir exprimé leurs opinions. Souvent, elles sont traitées de hija par des hommes qui se posent en « figures paternelles » pour infantiliser les femmes et diminuer leurs opinions. Lorsque Frankie « Kakie » Pangilinan a réagi à une publication sur Facebook du poste de police municipale de Lucban (qui disait aux femmes de se couvrir pour éviter d’être violées), elle a été attaquée par Ben Tulfo sur Facebook, Twitter et son émission de radio parce qu’elle était trop jeune pour comprendre. Elle a répondu : « m’appeler hija ne minimisera pas mon point de vue ».[13] C’est ainsi qu’est née la campagne #HijaAko. Pourtant, malgré le soutien massif dont bénéficie la campagne, des comptes anonymes ont tenté de coopter le hashtag.[14] Pangilinan a également été menacé de viol par un « Sonny Alcos », affirmant que « s’il avait 12 ans, il violerait Pangilinan, puis échapperait à l’emprisonnement. » [15]

Les récits sexuels sont la forme la plus courante de désinformation sexospécifique.

Les normes sexospécifiques faussées conduisent à des campagnes de désinformation contre les femmes qui sont souvent de nature sexuelle (en fait, 30 % de toutes les campagnes de désinformation sexospécifiques étudiées par le Wilson Center étaient basées sur des récits sexuels[16]). Sur l’application de messagerie Telegram, un robot a créé plus de 668 000 fausses images pornographiques de femmes sans leur consentement.[17] 96 % de tous les hypertrucages jamais créés représentent des femmes dans de la pornographie non consensuelle et fabriquée.[18] Il s’agit d’un phénomène mondial, avec des campagnes de désinformation sexiste observées aux États-Unis, en Italie, au Rwanda, en Inde et aux Philippines, pour n’en citer que quelques-unes.

Par exemple, en 2016, deux vidéos sexuelles présumées de la sénatrice philippine Leila De Lima et de son assistant ont été décrites de manière explicite à la Chambre des représentants, dans le cadre de l’enquête sur son lien présumé avec le trafic de drogue dans la prison de New Bilibid.[19] Pour reprendre les mots de la sénatrice De Lima, « Quel est le lien entre cela [et les allégations de drogue] ? » La description explicite des présumées vidéos de sexe apparaît davantage comme une tentative de faire honte à la sénatrice De Lima et de la salir, plutôt que de fournir des preuves utiles à l’enquête. Et cette tentative a été couronnée de succès. Les messages sur les médias sociaux attaquant la sénatrice De Lima font désormais fréquemment référence au terme saba (banane), tel qu’il a été utilisé lors de son audience, et affirment que son supposé comportement sexuel l’a amenée à prendre de mauvaises décisions politiques (« est-ce que c’est ce que le saba a fait à son cerveau ? »[20]).

Pour résumer tout ça :

  • Les recherches montrent que les femmes et les filles sont, de manière disproportionnée, plus susceptibles d’être attaquées en ligne par le harcèlement, les abus et les campagnes de désinformation sexistes.
  • Cette tendance s’est fortement accentuée dans le contexte des mesures de confinement du coronavirus dans le monde.
  • La désinformation genrée est un sous-ensemble de la violence sexiste en ligne qui diffuse des informations fausses ou trompeuses (basées sur des stéréotypes de genre et des récits misogynes) pour attaquer les femmes.
  • Les récits à caractère sexuel sont la forme la plus courante de désinformation sexospécifique.
  • Les techniques de désinformation sexiste varient et peuvent inclure : des images ou des vidéos sexuelles trafiquées, des commentaires sexistes, des campagnes en ligne coordonnées pour dénigrer le caractère d’une femme, l’examen public de son apparence physique et de sa vie personnelle, la caricature et la diabolisation des défenseurs de l’égalité des sexes.
  • En substance, la désinformation sexiste cible les femmes parce qu’elles sont des femmes, parce qu’elles sont en ligne et, très souvent, parce qu’elles s’expriment ouvertement sur le plan politique.

Les femmes politiques et les femmes journalistes ne sont pas étrangères à la désinformation sexiste et aux abus en ligne. Lisez la deuxième partie de la série de blogues « Weaponizing Social Media Against Women » pour en savoir plus sur la façon dont une guerre de l’information est menée contre les femmes politiques et les journalistes – et, en fin de compte, sur la façon dont la désinformation sexiste va au-delà des « questions féminines » et sape les processus démocratiques.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet? Écoutez le podcast du FMA, « Ano’ng Konek ? ».

Dans l’épisode 1, Thina Lopez, responsable du programme FMA pour le genre et les TIC, et l’artiste de bande dessinée Marianie nous rejoignent pour une discussion sur l’intersection du genre, des arts et des questions émergentes dans l’Internet, en particulier pour les secteurs vulnérables.

Écoutez maintenant sur Spotify ici.

N’oubliez pas de nous suivre pour vous tenir au courant des questions de droits numériques que nous aborderons dans les prochains épisodes! Restez à l’écoute!

 

À propos de l’auteure

Cet article est écrit par Sheila Lau, une stagiaire canadienne travaillant à Foundation for Media Alternatives (FMA).

 

Références

[1] Simon Kemp, « Digital 2021 : The Philippines », DataReportal – Global Digital Insights, 11 février 2021, https://datareportal.com/reports/digital-2021-philippines.

[2] « Mesurer la prévalence de la violence en ligne contre les femmes », The Economist Intelligence Unit, 1er mars 2021, https://onlineviolencewomen.eiu.com/.

[3] The Economist Intelligence Unit, Measuring the Prevalence of Online Violence Against Women.

[4] « État de la nation numérique : The Digital Rights Report 2020 », Fondation pour les médias alternatifs, mars 2021, https://fma.ph/2021/03/31/state-of-the-digital-nation-the-digital-rights-report-2020/.

[5] UNFPA, ONU Femmes et Quilt.AI, « COVID-19 et la violence contre les femmes : The Evidence Behind the Talk », UNFPA, mars 2021, https://asiapacific.unfpa.org/en/publications/covid-19-and-violence-against-women-evidence-behind-talk.

[6] Plan International, « Free to be Online? : Girls’ and Young Women’s Experiences of Online Harassment », Rapport sur la situation des filles dans le monde, 2020, https://plan-international.org/publications/freetobeonline.

[7] Plan International, Free to be Online.

[8] The Economist Intelligence Unit, Measuring the Prevalence of Online Violence Against Women.

[9] UNFPA et al., COVID-19 et la violence contre les femmes.

[10]  Nina Jankowicz et al, « Malign Creativity : How Gender, Sex, and Lies are Weaponized Against Women Online », Wilson Center, 2021, https://www.wilsoncenter.org/publication/malign-creativity-how-gender-sex-and-lies-are-weaponized-against-women-online.

[11] Maria Giovanna Sessa, « Misogyny and Misinformation : An Analysis of Gendered Disinformation Tactics During the COVID-19 Pandemic », EU Disinfo Lab, 4 décembre 2020, https://www.disinfo.eu/publications/misogyny-and-misinformation%3A-an-analysis-of-gendered-disinformation-tactics-during-the-covid-19-pandemic/.

[12] Ellen Judson, « Gendered Disinformation : 6 Reasons Why Liberal Democracies Need to Respond to this Threat « , 9 juillet 2021, https://eu.boell.org/en/2021/07/09/gendered-disinformation-6-reasons-why-liberal-democracies-need-respond-threat.

[13]  Pilar Manuel, « #HijaAko Trends After Frankie Pangilinan Hits Back at Ben Tulfo for Victim-Blaming Women », CNN Philippines, 14 juin 2020, https://www.cnn.ph/entertainment/2020/6/14/Frankie-Pangilinan-Ben-Tulfo-victim-blaming-women.html.

[14]  Nicolette Bautista,  » #HijaAko : These Filipina are Brave, Young, and Sick of the Victim-Blaming « , Cambio & Co, consulté le 5 octobre 2021, https://www.shopcambio.co/blogs/news/hijaako-these-filipinas-are-brave-young-and-sick-of-the-victim-blaming.

[15]  Mike Navallo, « DOJ Finds Man who Threatened to Rape Frankie Pangilinan », ABS-CBN, 23 juin 2020, https://news.abs-cbn.com/news/06/23/20/doj-finds-man-who-threatened-to-rape-frankie-pangilinan.

[16] Jankowicz et al., Malign Creativity.

[17]  Jane Lytvynenko et Scott Lucas, « Thousands of Women Have No Idea a Telegram Network is Sharing Fake Nude Images of Them », BuzzFeed News, 20 octobre 2020, https://www.buzzfeednews.com/article/janelytvynenko/telegram-deepfake-nude-women-images-bot.

[18] Aja Romano,  » Les deepfakes sont une véritable menace politique désormais. Pour l’instant, cependant, ils sont principalement utilisés pour dégrader les femmes « , Vox, 7 octobre 2019, https://www.vox.com/2019/10/7/20902215/deepfakes-usage-youtube-2019-deeptrace-research-report.

[19] CNN Philippines,  » De Lima ‘Revolted’ by Discussion of Alleged Sex Video « , CNN Philippines, 7 octobre 2016, https://cnnphilippines.com/news/2016/10/07/De-Lima-alleged-sex-video-Ronnie-Dayan.html.

[20] Ellen Judson et al., « Engendering Hate : The Contours of State-Aligned Gendered Disinformation Online », Demos octobre 2020, p. 28, https://www.ndi.org/publications/engendering-hate-contours-state-aligned-gendered-disinformation-online.